Citations

Citations – Les filles de Brick Lane de Siobhan Curham

     [Je sais pourquoi j’aime autant la littérature. A travers elle, je rêve, je m’évade, je voyage, j’apprends, je réfléchis, je découvre, je me révolte, j’expérimente. Dernièrement, j’ai été confrontée à un roman qui a permis à mes yeux de s’ouvrir un peu plus sur notre société. A vrai dire, j’ai beau en faire partie, plus je lis à son sujet, plus elle m’indigne et m’inquiète. J’ai donc décidé d’instaurer une nouvelle catégorie sur mon blog. Elle s’intitule Citations, tout simplement, et sera l’occasion de partager des réflexions que j’aurai croisé dans mes lectures. Ces livres ne feront pas spécifiquement l’objet d’une chronique mais seront illustrés à travers un passage qui m’aura marquée et fait méditer.]

      Les filles de Brick Lane, c’est typiquement le roman feel good pour adolescent que j’aurais adoré lire à 14 ans. Je me suis reconnue à travers ces quatre adolescentes qui se sentent isolées, en marge de leur entourage. Poursuivre la lecture « Citations – Les filles de Brick Lane de Siobhan Curham »

Challenge

Bilan Challenge Cold Winter 2017-2018 ❄

     Le Cold Winter Challenge s’étant achevé le 31 janvier, j’entame cet article bilan, entourée de souvenirs de lecture grelottants d’enthousiasme. Si je devais me contenter de quelques lignes, je me focaliserai sur les plus belles réminiscences de ce défi littéraire qui  resteront : ma découverte du premier tome d’A la croisée des mondes que j’ai dévoré en moins d’un week-end ; mon voyage en Ecosse le long de La mer en hiver et mon parcours dans les montagnes Tibétaines semées de Funérailles célestes. Concernant les résumés des œuvres dont je m’apprête à parler vous pouvez retrouver la plupart d’entre-elles dans mon article d’introduction ici. Certaines lectures se sont naturellement rajoutées sans que je les prévois, je vous glisserai quelques éléments de l’histoire tout en vous les chroniquant. Je vous laisse donc avec mes petits billets frigorifiés mais ravis de ce périple dans l’ensemble. Poursuivre la lecture « Bilan Challenge Cold Winter 2017-2018 ❄ »

Comédies musicales

The Greatest Showman de Michael Gracey

     The Greatest Showman célèbre la naissance du show-business et l’émerveillement que l’on éprouve lorsque les rêves deviennent réalité. Inspirée par l’ambition et l’imagination de P.T Barnum, voici l’histoire d’un visionnaire parti de rien qui a créé un spectacle devenu un phénomène planétaire. (résumé Allociné)

     Dès la première séquence, j’ai été happée par les voix, les mélodies, le rythme. C’était une évidence que je m’apprêtais à m’évader et à déserter la réalité pendant 1h45.

     Je pourrais reprocher à ce film d’avoir survolé les faits historiques, d’avoir choisi un schéma scénaristique ultra classique, très convenu et d’avoir cédé à des facilités. Mais je lui pardonne de n’avoir pas plus creusé les personnages et je fais abstraction des prévisibilités narratives. Pourquoi suis-je si indulgente sur des défauts qui ont tendance à m’exaspérer habituellement? Parce que la mise en scène est étourdissante et les musiques irrésistibles. Poursuivre la lecture « The Greatest Showman de Michael Gracey »

Romans historiques

La mer en hiver de Susanna Kearsley

     Lorsque Carrie McClelland, auteur à succès, visite les ruines du château de Slains, elle est enchantée par ce paysage écossais, à la fois désolé et magnifique. La région lui semble étrangement familière, mais elle met de côté son léger sentiment de malaise afin de commencer son nouveau roman, pour lequel elle utilise le château comme cadre et l’une de ses ancêtres, Sophia, comme héroïne. Puis Carrie se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au coeur de l’intrigue de 1708, elle découvre une histoire d’amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé.

     Je suis vraiment heureuse que ma première lecture de 2018 ait été ce roman historique. J’ai bien fait de l’inscrire dans ma PAL du Cold Winter Challenge et d’avoir choisi l’Ecosse comme destination pour hiberner avec mon plaid et mes cookies. Je viens tout juste de refermer le livre de Susanna Kearsley et tout comme la narratrice, ma plume me démange de vous partager l’empreinte qu’il m’a laissée.

     A propos de la rébellion jacobite qui rythme une grande partie de l’Histoire Écossaise, je ne connaissais que l’adaptation de la bataille de Culloden retranscrite dans Outlander de Diana Gabaldon. C’est pourquoi j’étais vivement curieuse de découvrir des tentatives de révolte plus anciennes se déroulant en 1708 dans ce récit. Mon expérience avec ce livre a donc été très fructueuse. Poursuivre la lecture « La mer en hiver de Susanna Kearsley »

Films du mois

Films de décembre 2017

Films vus au cinéma

Coco de de Lee Unkrich et Adrian Molina

     Parce que ce dessin-animé parle de famille, d’un rituel Mexicain fort et beau, du souvenir de l’être aimé qui nous a quitté, oui j’ai sincèrement aimé Coco. Par conséquent j’oublie la prévisibilité de certains mystères et les chansons auxquelles j’ai moyennement accroché (chose rare pour un Disney-Pixar). D’autant plus que j’ai été subjuguée par les couleurs du graphisme qui apportent une belle dose de magie au film.

Le crime de l’Orient Express de Kenneth Branagh

     Je fais partie de cette infime catégorie de la population qui n’a jamais lu d’Agatha Christie. Je ne savais donc pas dans quoi je m’embarquais en allant voir Le crime de l’Orient Express si ce n’est des beaux costumes et décors d’époque. Sur ce point, j’ai été plus que conquise, l’esthétique du film est extrêmement soignée autant les accessoires, les paysages que la mise en scène. N’attendant rien et ne sachant rien du film si ce n’est l’assassinat d’un passager lors d’un voyage en train, je me suis laissée emportée par l’enquête et les surprenantes révélations qu’elle nous a semées tout le long de l’histoire. Je n’ai rien vu venir du dénouement qui en plus de la solution de l’investigation nous introduit aussi une réflexion sur l’équilibre de la justice. En outre, j’ai beaucoup aimé l’interprétation de Kenneth Brannagh en Hercules Poirot qui confère de la noblesse et de la tendresse au personnage. Bref j’ai vraiment passé un bon moment devant ce film! Poursuivre la lecture « Films de décembre 2017 »

Inventaires de l'année

Derniers mots de 2017

En cette fin d’année je reviens sur les œuvres qui ont fait vibrer mon petit cœur passionné d’histoires.

Mes coups de cœur littéraires :

     Voici six livres que je serre fort contre moi quand je repense aux émotions qu’ils m’ont fait traverser. Mon premier coup de cœur de l’année: L’enchanteur. L’oeuvre de Barjavel m’a fait l’effet d’une poudre de marchand de sable. Pas dans le sens soporifique du terme mais plutôt dans ses accents oniriques. J’ai été bercée par des aventures chevaleresques et des amours épiques. Je crois que le rêve est une thématique qui me touche particulièrement puisque peu après j’ai tourné les pages de Georgia, tous mes rêves chantent. J’ai été enchantée autant par les dessins que les chansons qui rythment l’histoire de cette petite fille avec des rêves plein les yeux. La BD Culottées a rejoint ces livres qui ont bousculé ma vision du monde et qui ont éveillé ma conscience sur le sort des femmes mais également d’autres phénomènes de société. Le sel de nos larmes c’est cette page de l’histoire qui ne figurait pas dans nos manuels scolaires et qui m’a profondément marquée. Toujours sous fond de seconde guerre mondiale Une fille au manteau bleu m’aura fait vivre un moment de résistance intense sur les berges des quais d’Amsterdam. Par amour demeure mon dernier coup de cœur datant de cet été. Ce roman écrit par Valérie Tong Cuong confirme que la seconde guerre mondiale n’a pas fini de m’interpeller et de m’obnubiler.

Cliquez sur les titres des ouvrages si vous souhaitez lire mes chroniques et en découvrir davantage 🙂 Poursuivre la lecture « Derniers mots de 2017 »

Films du mois

Films de novembre 2017

Films vus au cinéma

La montagne entre nous de Hany Abu-Hassad

     Quand on aime Kate Winslet et la neige on ne se pose pas beaucoup de questions avant d’aller voir ce long-métrage. Et je crois que si j’ai globalement apprécié le film c’est justement parce que Kate Winslet accroche l’écran. Deux inconnus survivent à un crash aérien et se retrouvent obligés de compter l’un sur l’autre pour s’en sortir vivant au milieu des falaises et des ravins enneigés. Survivre en montagne sauvage aux côtés d’un médecin ultra musclé c’est quand même bien pratique pour vous soigner, vous protéger et vous porter si besoin !! Pour moi cette phrase résume à peu près bien le film, pas très original, plutôt prévisible mais Kate Winslet quoi ! (bon Idris Elba n’est pas désagréable comme acteur non plus soyons francs !)

Au revoir là haut d’Albert Dupontel

     J‘avais beaucoup aimé le roman de Pierre Lemaître et c’est tout naturellement que j’ai acheté mon billet de cinéma pour Au revoir là haut! Et je suis ravie d’avoir tenté l’expérience sur grand écran! Dans mon souvenir, le roman contenait un ton décalé ainsi qu’une violence acerbe que l’on retrouve également dans le long métrage mais accompagnés d’une poésie et d’une touche d’humour qui embellissent l’oeuvre. J’ai trouvé l’esthétisme particulièrement soignée. Quant à la musique elle est sublime, d’ailleurs je l’écoute en ce moment-même ! Mention spéciale pour  Nahuel Perez Biscayart qui m’avait émue aux larmes dans 120 battements par minutes et qui réussit dans Au-revoir là haut à nous toucher uniquement à travers son regard et sa gestuelle

Battle of the sexes de Jonathan Dayton et Valerie Faris

     La question ne s’est pas posée quand nous avons vu la bande-annonce du film, évidemment que nous allions voir Emma Stone incarner Billie Jean King,  une joueuse de tennis se battre pour l’égalité des salaires hommes/femmes et affronter Bobby Riggs un macho misogyne sur le terrain. J’aime ces films qui font remonter à la surface des événements dont je n’avais pas connaissance et qui ont une importance fondamentale dans l’évolution de la société. Je n’ai absolument pas été déçue. Le long métrage prend le temps de dresser le portrait des personnages qui vont s’affronter en duel. J’ai aimé la nuance apportée au personnage de Steeve Carell. S’il apparaît comme un phallocrate insupportable, on comprend néanmoins que se sont davantage ses failles qui le poussent à agir de la sorte, plus qu’une conviction machiste. Quant à Billie Jean, on assiste à la découverte de son homosexualité qui s’avère compliquée à gérer au vue de son mariage, de sa médiatisation et de la malveillance des années 70 pour la communauté LGBT. La séquence du match final était plutôt intense car je n’en connaissais pas l’issue… Et pour quelqu’un qui n’est pourtant pas particulièrement initiée au sport j’ai vécu ce moment avec enivrement! Poursuivre la lecture « Films de novembre 2017 »